la forêt et le bois

La forêt est à la fois source de vie et la mémoire des temps anciens, un lieu de régénérescence et de croisement, l’indispensable poumon de notre planète. Notre approche du travail forestier respecte les écosystèmes et favorise la diversité des espèces. Pas question pour nous de faire des coupes rases ou des plantations industrielles, pas question d’employer d’énormes machines d’abattage ou de débardage qui saccagent tout sur leur passage. Nous privilégions les méthodes douces pour sortir le bois : le cheval et le câblage. Nous ne prélevons pas plus que la repousse naturelle annuelle. 

 

La coopérative de Treynas FR

Sauvons Svydovets

Dossier Longo maï 2020

La lettre de la forêt

n°5 janvier 2021

«L’objectif est une forêt vivante qui assure ses fonctions de fixation des sols, de régulation des eaux ou encore de protection de la biodiversité, où est valorisée la production d’un bois d’œuvre de qualité (…)» C’est le but d’une forêt jardinée, comme celle de Couvet dans le Val de Travers, que nous présentons dans ce numéro. Comme les forêts autour de Treynas dans le Massif central, où l’équipe de Longo maï, au fi l des ans, transforme des parcelles de mono culture industrielle en véritable forêt, diversifiée, vivante, jardinée. Sur le hameau de Treynas a commencé le chantier du centre artisanal des métiers du bois, qui permettra dans l’avenir la formation de tous ces jeunes, femmes et hommes, passionnés par cette filière au contact de la nature. En Ukraine toutes les personnes engagées dans la protection du massif de Svydovets résistent depuis quatre années, avec succès, à la construction d’une gigantesque et très inutile station de ski. 

Télécharger
La lettre de la forêt n°5
Lettre de la forêt n°5.pdf
Document Adobe Acrobat 2.3 MB

LETTRE DE LA FORÊt

Faites un don et aidez-nous à poursuivre cet engagement.

Contribution annuelle

CHF 40.00

Si vous souhaitez faire un don d'un autre montant, vous pouvez  le faire par virement bancaire à Pro Longo maï.

CHF 40.00


n°4 janvier 2020

L’homme moderne est malade de n’avoir plus de racines, ni dans la terre, ni dans le cosmos (...), ni dans le passé – ne sachant d’où il vient – ni dans le futur – n’ayant plus de vision qui le porte.

Ainsi débute le livre de Ernst Zürcher, « Les arbres entre visible et invisible ». Il était à Bâle le 3 novembre dernier pour « La journée de la forêt » organisée par Longo maï.

 Un peu partout, des hommes s’acharnent sur les arbres. La forêt brûle en Amazonie et des partisans du président Bolsonaro attisent les incendies. En Roumanie, des gardes forestiers sont assassinés parce qu’ils essaient d’empêcher le trafic de bois.

Mais partout des femmes et des hommes se mobilisent. En Ukraine, les amis du mouvement Free Svydovets nous demandent d’écrire au Président de la République pour sauver de la destruction Svydovets, ce magnifique massif des Carpates.

Nous avons l’opportunité d’agrandir l’espace de forêts protégées autour de la ferme de Treynas dans le massif central, avec votre soutien nous y arriverons… 

L’arbre, géant de l’espace et du temps, enraciné dans le ciel et dans la terre, mémoire des siècles et source de vie, ami de toujours, attend…que l’homme s’arrête, qu’il le regarde et qu’il lui dise : « Continuons ensemble ! »

Télécharger
Lettre de la forêt n°4
waldbrief_04_f_web.pdf
Document Adobe Acrobat 2.8 MB


N°3 janvier 2019

Les conséquences du dérèglement climatique sont dures pour les forêts du monde entier. Sècheresses et incendies millénaristes en Californie, tempêtes dévastatrices dans nos contrées européennes. Jusque sur nos fermes de Suisse et d’Autriche où les dégâts sont considérables. Autre fléau, des promoteurs avides de gains sont prêts à sacrifier l’un des derniers massifs forestiers sauvages d’Europe, Svydovets dans les Carpates ukrainiennes, pour le défigurer en une énorme station de ski. Nous nous y opposons avec vous… A cela s’ajoute la cupidité vorace de certains, qui rasent légalement ou illégalement des milliers d’hectares de forêt pour un profit rapide. La forêt et le bois sont réduits à l’état de vulgaire matière première, abattable et brûlable à merci.

Heureusement, partout autour de nous des gens s’engagent pour défendre la forêt, la préserver, rappeler que sans elle il n’y a pas de vie. Sur et autour de nos coopératives, avec votre soutien, nous contribuons à l’effort commun, en informant et formant des jeunes aux métiers du bois et de la forêt, en leur permettant de vivre dans et avec la forêt…

 

Télécharger
Lettre de la forêt n°3
waldbrief_03_f_web.pdf
Document Adobe Acrobat 1.6 MB


N°2 janvier 2018

L’année ne commence pas avec de bonnes nouvelles. L’équipe de Longo maï en Ukraine et leurs connaissances sont inquiets pour leur environnement direct. Ils nous l’expliquent. Leurs belles montagnes des Carpates, déjà défigurées par la déforestation massive, sont maintenant menacées par un terrible projet. Un complexe touristique surdimensionné, dans le massif de Svydovets, l’un des plus beaux de cette région de Transcarpatie. Ils tentent de s’opposer à ce carnage et nous allons les soutenir.

Vous lirez aussi dans ce numéro le travail concret que nous réalisons dans la forêt, sur nos coopératives ou à coté de nos coopératives, en Provence et au Mecklembourg. A chaque fois ces chantiers sont l’occasion pour des jeunes de se former aux métiers de la forêt. C’est aussi le but des stages que nous organisons chaque année sur la ferme de Treynas, notre école de la forêt, dans le Massif Central.

L’espoir naît de ces nombreux jeunes qui s’investissent dans la forêt, pour la défendre, pour l’habiter, pour inventer de nouvelles formes de vie très loin de la frénésie du profit à court terme qui ne génère que destructions…

Télécharger
Lettre de la forêt n°2
waldbrief_02_f_web.pdf
Document Adobe Acrobat 1.6 MB


N°1 janvier 2017

La forêt est en danger. Partout. Avec cette lettre nous voulons vous raconter ce que nous savons de la forêt, ce que nous avons appris et ce que nous réalisons depuis 40 ans à partir des  coopératives de Longo maï, du groupe de bûcherons-forestiers dans lequel nous travaillons avec beaucoup de jeunes, jusqu’aux bagarres auxquelles nous participons contre le saccage de la forêt. Il y a urgence à partager les savoirs et les expériences, les colères et les espoirs. Un exemple très récent qui nous met en colère : jusqu’à présent, l’Ukraine avait interdit l’exportation de bois vers l’Europe pour tenter de protéger sa forêt. Fin novembre 2016, l’Union Européenne vient d’imposer la levée de cette interdiction en échange d’un crédit. Le massacre peut reprendre. La forêt est en danger partout dans le monde, pas seulement en Ukraine ; en France par exemple, les coupes rases se multiplient.  La forêt n’est pas une marchandise - elle est la mémoire vivante du passé, et elle conditionne le futur, la vie des prochaines générations. Nous devons la protéger !

Télécharger
Lettre de la forêt n°1
waldbrief_01_f_web.pdf
Document Adobe Acrobat 1.3 MB