Dossier spécial Longo maï Ukraine 2022

L‘aide directe en Ukraine

Jusqu’à présent, dans le village de Nijné Sélichtché
d’environ 3 000 habitant·es, plus de 1 200 réfugié·es ont
été accueilli·es. La principale raison est l‘engagement
local de la coopérative Longo maï et la grande solidarité
villageoise. Un restaurant initié par Longo maï il y a
quelques années a été transformé en cantine solidaire
et sert plus de trois cents repas par jour. Des équipes
communes entre villageois·es et réfugié·es préparent
ensemble les repas. Un gîte appartenant à Longo maï et les
écoles du village reçoivent des enfants d‘orphelinats de
Louhansk. De nombreuses familles dans le village ont ouvert leurs maisons et accueillent des déplacé·es qui ont fui les zones de guerre. Des appartements non habités ont rapidement
été aménagés pour pouvoir les accueillir.

Télécharger
L'accueil dans le village
Ukraine Dossier_FR.pdf
Document Adobe Acrobat 3.4 MB

La guerre met en péril l’agriculture locale et risque une pénurie de semences
La guerre met en péril l’agriculture locale et risque une pénurie de semences

Interview avec Oreste del Sol de la coopérative Longo maï Zeleny Hay Nijné Sélichtché sur l'importance de la distribution de semences pour maintenir l'autosuffisance locale et soutenir les petits agriculteurs.

Varosh Mag, (langue originale ukrainienne, sous-titres anglais):

https://www.youtube.com/watch?v=-2YYudNc5FI

 

Article euravtiv du 21 avril 2022

https://www.euractiv.com/section/agriculture-food/news/small-farmers-the-unsung-heroes-of-the-ukraine-war/

Version française voir en bas de l'article

 


 

Longo maï est actif en Transcarpatie à l’ouest de l’Ukraine dans le village de Nijnié Sélichtché, qui est encore épargné.

 

Les quatre niveaux de l‘aide directe de Longo maï en Ukraine


1. Acheminement et distribution d‘aide humanitaire à l‘interieur du pays.
2. Evacuation de personnes fragiles des zones de guerre.
3. Accueil et hébergement de réfugié es au village.
4. Assurer l‘approvisionnement alimentaire local

La fromagerie et le restaurant qui sert de cantine pour les réfugié·es.

Séparation des familles à la frontière. Les hommes entre 18 et 60 ans ont interdiction de quitter l’Ukraine.

Tous les jours, les réfugié·es de l’Est arrivent en Transcarpatie. L’école du village est transformée en dortoir.


Accueil d’enfants de la région de Luhansk qui ont tous vécu des traumatismes de guerre.

Des gens du village préparent, avec l’aide des réfugié·es, plusieurs centaines de repas.

Les premiers convois d’aide de la Suisse et de la Roumanie étaient rapidement sur place.


La fromagerie transformait, avant la guerre, 1200 litres de lait par jour livrés par des petits paysans.

La guerre met en péril la fromagerie et l’agriculture locale au risque d’appauvrissement et de famines.

Distribution de semences de pommes de terre au village.


Une infirmière de Longo maï en Transcarpatie avec des femmes réfugiées au tri des médicaments pour un convoi.

Le départ de Longo maï en Provence vers l’Ukraine.

 

Arrivée de l’ambulance en Transcarpatie avant d’être livrée à des volontaires à Kiev.